Incompatibilités du papier calque aux « systèmes » actuels de reproduction de documents

21 juin 2010 § 0 commentaires

CalqueSurCalque-RenduFilaire-Miniature

Aujourd’hui, le papier calque a presque entièrement disparu des agences d’architectes. Seuls subissent quelques rouleaux de calque d’étude, et encore… La reproduction et maintenant la diffusion des dessins ont été améliorées, par la photocopieuse d’abord, et l’ordinateur ensuite. A défaut d’être en mesure d’expliquer cette (fâcheuse) disparition du papier calque, je trouve intéressant de noter qu’à ces deux inventions le calque a opposé une forme de résistance.

Calque et photocopie ne font guère bon ménage. Pour obtenir une copie d’un dessin sur un papier calque à l’aide d’une photocopieuse il faut veiller à prendre un papier avec un grammage suffisamment épais. En effet, lors de la copie, le papier est soumis à une forte température, il importe donc qu’il ne soit pas trop faible pour qu’il la supporte et qu’il ne cause pas d’irrémédiables dommages dans les bacs de l’appareil.

Dans le sens inverse, photocopier un dessin sur papier calque n’est pas une opération immédiate. En effet, le plus souvent la photocopieuse refuse la copie car le papier étant translucide, elle n’est pas capable de déterminer son format. Il faut alors ruser et utiliser le fait que le papier calque est véritablement un caméléon : en lui appliquant dans son dos une feuille de papier ordinaire, la machine n’y voit que du feu et accepte la copie au format du papier que l’on a accolé ! Et, malgré toutes ces précautions, une photocopie d’un papier calque reste imprécise.

En ce qui concerne les premières tentatives d’architecture sur ordinateurs, le calque n’était pas carrément pas « compatible » avec eux. Les architectes certes ont été fascinés par les possibilités révolutionnaires qu’offrait l’informatique, notamment en matière de 3D, précieuse aide à la construction des perspectives. Bien entendu qu’ils ont superposé des calques aux impressions de leurs modèles. Mais à l’époque la 3D n’était que filaire…

Exemple de rendu filaire 3D

Il ne leur a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que la transparence du calque était alors gênante : trop de traits inutiles résultent de la superposition et en définitive, il n’était pas plus mal d’avoir un support qui, par plus d’opacité masque toutes les arrêtes en arrière-plan que le mode filaire laisse apparaître.

Etiquettes , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Qu'est-ce?

Vous lisez actuellement Incompatibilités du papier calque aux « systèmes » actuels de reproduction de documents de Calque sur calque.

meta