Autocad rend-t-il aveugle ?

6 février 2012 - § 1 commentaire - § permalink

Autocad-rend-t-il aveugle?

Couleur de calque et échelle d’impression

Le titre de ce billet est un clin d’œil au désormais article culte de Nicholas Carr « Is Google making us stupid ? » (dont on pourra trouver une traduction ici ou ). Dans cet article, je tente de décrire quelques radicales transformations introduites par l’informatique dans le dessin en architecture.

 

Autocad-rend-t-il aveugle?

Autocad-rend-t-il aveugle?

J’avais déjà esquissé certains aspects de ce que modifie le passage du dessin sur calque papier au dessin sur calque informatique dans ce précédent billet. Je me faisais alors la remarque que les calques virtuels des logiciels informatiques sont appelés à être nommés, induisant de fait une organisation stricte des dessins.

En continuant de la sorte, je pars ici du fait qu’en plus d’un nom, les logiciels de CAO proposent de doter leurs calques d’un paramètre de couleur. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas pour introduire de la couleur dans un dessin, du moins pas la plupart du temps. Il s’agit là d’un autre mode d’organisation du dessin, lié aux épaisseurs de trait. La couleur d’un calque sous Autocad est en réalité un moyen pour paramétrer l’épaisseur d’un trait à l’impression. L’utilisateur a la possibilité d’associer une épaisseur à chaque couleur de calque , qui sera celle transmise au traceur lors de l’impression.

» Lire la suite… «

Gestion de noms de calque : petite comparaison entre papier calque et calque virtuel

29 juin 2010 - § 2 commentaires - § permalink

A  l’ère de l’informatique dominante, le calque a été, lui aussi, numérisé. Ces calques virtuels, on les retrouve dans bon nombre de logiciels de dessin utilisés en architecture, aussi bien en CAO (Autocad, Archicad) qu’en conception 3D ( Sketchup, Rhino, 3dsmax) ou même de graphisme (Photoshop, Illustrator), etc…

Telle est du moins la traduction choisie, car le terme anglais des ces calques virtuels est « layer », que l’on traduirait plus volontiers par « couche« . Car ces calques n’ont de « calque » que le nom. Il me semble qu’en examinant en quoi le calque numérique s’écarte de son original papier, il repose de manière sous-jacente un ensemble de mutations dans le travail de l’architecte. Premier épisode.

» Lire la suite… «

Construction géométrique du plan de l’église de Saint-Yved De Braisne

14 juin 2010 - § 1 commentaire - § permalink

CalqueSurCalque-TutoConstructionPlanEgliseSaintYvedDeBraisne

Un billet sous forme de tutoriel, proposant la construction géométrique du plan de l’église de Saint-Yved de Braisne. Lecteurs, à défaut d’Autocad, à vos régle et compas!

Ce billet a pour but d’illustrer comment dans l’histoire de l’architecture la question de la reproduction des dessins a été contournée. Dans les lignes qui suivent, on constate que le plan de l’église de Saint-Yved de Braisne peut être «réduit» à une construction géométrique dont on n’a qu’à se souvenir des principes pour pouvoir le reproduire. » Lire la suite… «

Superposition de calques et rapport du dessin au corps

24 mai 2010 - § 0 commentaires - § permalink

Dessin extrait de "Apprendre à voir l'architecture" de Bruno Zévi

Superposer des calques, c’est apporter des corrections à un dessin. La transparence du papier calque offre à l’architecte la possibilité de n’intervenir que sur la partie du dessin méritant de l’attention. Celui qui n’a jamais superposé ou vu superposé de calques découvrira chez les architectes un rituel étrange : la plupart du temps, les architectes redessinent les traits des calques inférieurs, comme si le crayon avait besoin d’une forme d’élan avant de se lancer dans le saut créatif. « Le calque oblige à un re-dessin et pas simplement à un regard ce qui n’est pas la même chose ; on tisse l’espace sur le flux de papier et on le reproduit dans le calque » témoigne l’architecte Patrick Céleste. » Lire la suite… «

Superposition de calques : un peu de combinatoire!

5 mai 2010 - § 1 commentaire - § permalink

Combinatoire

Superposer des calques autorise un petit jeu combinatoire dans lequel un architecte peut théoriquement composer bien plus de dessins différents que de calques dont il dispose! » Lire la suite… «

Entretien avec Gilles Ronin, architecte

20 avril 2010 - § 3 commentaires - § permalink

L'instrument des grand-pères architectes, le tire-ligne

Où il est question tour à tour de calque faible, de calque fort, de tiers de calque, de calque végétal, de calque « crystal » et du mythique calque américain; des meilleurs instruments pour gratter, du tire-lignes au Rapido en passant par le Graphos, de la   »grosse bite » des architectes des années 60, des zips et de la photocopieuse et des premiers modèles 3D filaires sur ordinateurs….

» Lire la suite… «

Entretien avec Patrick Céleste, architecte

7 avril 2010 - § 2 commentaires - § permalink

Plan de l'église Saint Yved Braisne

Où il est question tour à tour de dessin d’architecture, de sa reproductibilité, du déroulement du rouleau de calque face au déroulement du temps,  de l’urbanisme des années 70, du flowpen de Jean Renaudie, et de la spontanéité du dessin sur calque….

» Lire la suite… «